Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘acrimed’

L’Acrimed (Action-Critque-Médias) est l’observatoire des médias. Je suis abonné à leur lettre d’information (newsletter donc) et voici ma sélection des articles du moment à lire :

1.Un interrogatoire de Sud-Rail mené par Jean-Michel Aphatie

(…)Après avoir cité Nicolas Sarkozy qui parlait « d’organisation irresponsable » à propos de Sud-Rail, Jean-Michel Aphatie demande au secrétaire fédéral de Sud-Rail de réagir. S’ensuit alors un véritable interrogatoire, dans lequel le journaliste n’aura pas d’autre ambition que celle de déstabiliser son interlocuteur. L’occasion pour nous de découvrir un Jean-Michel Aphatie aux multiples facettes (…)

2. Gaza – Médias en guerre (3) : « Bavures » audiovisuelles

Au moment où cet article paraît, la plupart des médias ont, depuis plusieurs jours, amorcé de légères inflexions dans le traitement de l’invasion israélienne de Gaza : critiques acerbes du blocus imposé aux journalistes interdits de séjour à Gaza par l’armée israélienne, constats moins édulcorés des crimes perpétrés par cette même armée, etc. Et l’annonce, le 18 janvier, d’une trêve d’une semaine par le Hamas et d’un cessez-le-feu israélien contribuera à effacer les traces du traitement médiatique pendant les semaines qui ont précédé.

Raison supplémentaire de lutter contre l’amnésie par le rappel de quelques prouesses : la désinvolture des présentateurs et des interviewers, l’adoption, notamment par le vocabulaire employé, du point de vue israélien sur les raisons et les objectifs des bombardements et de l’invasion (ainsi que sur les résultats escomptés et les risques encourus). Echantillon… (…)

3. Les cheminots selon Françoise Laborde : privilégiés et collabos

Forte d’une compétence professionnelle à toute épreuve, d’une maîtrise parfaite des questions sociales et d’une vaste culture historique, Françoise Laborde, désormais cooptée au CSA par Nicolas Sarkozy, courageusement, se confie…

… Dans un ouvrage impérissable intitulé Ça va mieux en le disant… On peut y lire (pp. 95-98), ça : (…)

4. Yahoo, portail antigrève de l’UMP ?

À quelques jours des grèves et manifestations du 29 janvier, Yahoo se mobilise… (…)

Je rajoute que j’ai constaté un « Grèves : Courage ! » de la part d’Orange pour les grèves…

Publicités

Read Full Post »

« Enquête sur une France en faillite » titrait L’Expansion le 1er décembre 2005. Deux ans plus tard, en septembre 2007, le premier ministre François Fillon déplorait être « à la tête d’un Etat dans une situation de faillite sur le plan financier ». Comme en écho, France 5 diffusait le 30 novembre 2008 une émission qui questionnait : « La France en faillite ? ». Dramatisation garantie. Mais encore ?

La dette publique constitue en France un thème indéfiniment ressassé par les journalistes et les politiques. Mais quelle est l’origine de cette dette ? Quelle est son importance par comparaison à celles d’autres pays ? A qui profite la dette publique ? Constitue-t-elle une menace réelle ou un « épouvantail » commode Appelle-t-elle des remèdes spécifiques ou non ? Si non, pourquoi ? Et si oui, lesquels ? Autant de questions qu’une émission de service public se devait d’évacuer pour proposer un authentique moment de pédagogie libérale, autant dire de propagande.

Lire la suite sur le site de l’ACriMed

Read Full Post »

>> Lire l’article sur le site de l’Acrimed

Extrait :

Comment les télévisions ont-elles rendu compte jusqu’alors de la révolte des jeunes grecs soutenus par une partie non négligeable de la population ? Une plongée dans les JT du 7 au 10 décembre permet de vérifier à quel point le pire (sur TF1) peut l’emporter sur le moins mauvais (sur France 2 et France 3).

Au moment où nous publions cet article, les médias et, particulièrement la presse écrite s’interrogent sur les « risques » (et beaucoup plus rarement sur les chances) d’une « contagion » (c’est comme ça qu’ils disent…) de la révolte.

On peut même lire désormais des tentatives d’explication. Des tentatives bien tardives, si l’on en juge par la « couverture » de la crise sociale et politique, marquée par plusieurs grèves générales, que traverse la Grèce depuis de longs mois sans que cela émeuve beaucoup des responsables de rédaction [1] dont l’eurolâtrie s’étend fort peu aux peuples d’Europe en lutte.

On se doute dès lors que lorsque la révolte a explosé, les télévisions, fascinées par les images de la violence des affrontements, les ont complaisamment diffusées, sans considérer outre mesure que les causes les plus profondes de cette révolte étaient, elles aussi, des faits.

Points Développés :

I. TF1 face à une « quasi-révolte »

II. France 2 et les motifs d’une colère

Complément : Et pendant ce temps-là sur France 3

>> Lire l’article sur le site de l’Acrimed

Read Full Post »